Histoire du monastère

 

Le monastère des Clarisses de Montbrison est implanté dans la ville depuis 512 ans. Il est l’un des plus anciens parmi les monastères existants actuellement en France.

Les Clarisses doivent leur implantation à Montbrison à Pierre II d’Urfé. Envoyé en Turquie par le roi en raison d’une disgrâce, Pierre II revînt quelques temps plus tard en Forez après avoir retrouvé les faveurs du roi.bulle de fondation

Il attribua ce bonheur aux prières de sa sœur qui était clarisse à Moulin. En reconnaissance, il mit tout en œuvre pour faire bâtir le monastère dans lequel les Clarisses firent leur entrée solennelle le 2 juillet 1500.

Au cours de leur histoire, elles doivent faire face à trois incendies (1520, 1624, 1699) qui à chaque fois engendrent des dégâts toujours plus nombreux; elles assistent à deux épidémies de peste (1586-1628) dont la seconde sera mortelle pour une sœur et la mère abbesse.

Elles ne sont pas épargnées par les guerres et conflits. Lors des guerres de religion qui se déroulent en France au XVIème siècle, Montbrison connaît quelques épisodes sanglants dont la prise de la ville en juillet 1562 par l’armée protestante conduite par François de Beaumont – baron des Adrets. Les Clarisses doivent s’éloigner de leur couvent durant l’occupation de l’armée qui dure environ deux mois.

Lors de la Révolution Française, la nation proclame – le 10 septembre 1792 – la réquisition de tous les objets de culte en métal précieux et ordonne aux religieux d’abandonner leur établissement. Les Clarisses sont chassées le 23 octobre 1792 et se réfugient dans des maisons montbrisonnaises amies avant de se regrouper, l’année suivante, dans une maison exigüe appelée Maison Caze. Aujourd’hui disparue, elle était située juste à côté de l’ancien couvent de la Visitation.

En 1804, la communauté religieuse se rassemble dans l’ancien couvent des Bénédictines, appelé depuis « Maison de Sainte Eugénie » à Moingt. Plus grande que la maison Caze, Cette demeure est cependant insalubre. Les Clarisses y vivront dix-sept ans avant d’intégrer en 1821 l’ancien couvent des Capucins, leur actuelle demeure. C’est dans ce couvent qu’elles vivent la politique anticléricale sous la IIIème république, et qu’elles sont témoins de deux grandes guerres mondiales.

 Des liens avec la famille d’Urfé

Depuis Pierre II, chaque membre de la famille d’Urfé s’est transmis de manière héréditaire le titre honorifique de « Fondateur du couvent », se faisant un point d’honneur à soutenir les Clarisses financièrement ainsi que dans des domaines comme les conseils juridiques, amicaux ou toutes autres choses relevant de leurs compétences propres.

Parmi les femmes de la lignée, certaines sont devenues Clarisses à Montbrison, à l’instar de Sœur Anne-Marie de l’Assomption qui fait profession à Montbrison le 15 août 1618 et est élue canoniquement douzième abbesse du monastère en février 1640. Sa sœur de sang, Elisabeth Aymée, fait également profession au monastère le 22 juillet 1621.

Au siècle suivant, leur nièce – Sœur Marie-Thérèse – est également abbesse, charge qu’elle exercera durant 33 ans (entre 1709 et 1743). Elle est la dernière clarisse issue de la famille d’Urfé.

Dans Cloche Marie Thérèse d'Urféle clocher de l’actuel couvent des Clarisses de Montbrison, une cloche fait référence à Sœur Marie-Thérèse d’Urfé. Grâce à elle, la famille d’Urfé est toujours matériellement présente dans le monastère Sainte-Claire du XXIème siècle.

 Conclusion

Les Clarisses, qui habitent le monastère actuel, louent Dieu et intercèdent aux intentions des gens qui vivent près d’elles, de leur famille et de toutes les grandes causes mondiales. Séparées de Sainte Claire par huit siècles d’histoire, elles essaient néanmoins de vivre au plus près l’idéal de vie évangélique que leur fondatrice leur a légué. Ainsi sont-elles l’incarnation des prédictions de Sainte Colette qui, en 1432, avait annoncé « qu’on établirait un couvent dans cette ville et qu’il durerait jusqu’à la fin des temps ».

Pour de plus amples informations: http://forezhistoire.free.fr/sainte-claire.html